03/07/2020


Au regard de la période de sécheresse en cours, la Préfecture d'Eure-et-Loir a pris le 18 septembre un arrêté définissant les mesures provisoires de restriction de certains usages de l'eau, nécessaires pour préserver la satisfaction des exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile, de l'alimentation en eau potable de la population et les besoins des milieux naturels.
Ainsi, suivant l'article 2 du présent arrêté, les mesures de limitation suivantes sont applicables à tous les particuliers, collectivités et entreprises de Barjouville :

  • Remplissage des piscines privées : Interdiction sauf si chantier en cours
  • Lavage des véhicules : Interdiction en dehors des stations professionnelles équipées d'économiseurs d'eau ou de recyclage d'eau, sauf pour les véhicules dont le lavage correspond à une obligation réglementaire (sanitaire, alimentaire ou technique) et organismes liés à la sécurité
  • Lavage des voies et trottoirs, nettoyage des terrasses et des façades : Interdiction sauf impératif sanitaires
  • Arrosage des pelouses, des espaces verts publics et des terrains de sport / Arrosage des jardins privés (à l'exception des potagers) : Interdiction de 9h à 19h
  • Industries, commerces et ICPE : Limitation de la consommation au strict nécessaire. Les ICPE ayant une prescription sécheresse dans leur arrêté doivent se conformer à celle-ci
Plus d'informations sur le site de la préfecture : www.eure-et-loir.gouv.fr

Comme chaque année pendant la période estivale, les niveaux des cours d'eau ainsi que ceux de la nappe, réservoir de l'eau potable, sont aux plus bas faisant ainsi peser un risque sur l'approvisionnement en eau de la population. 

Cette situation préoccupante n'est pas nouvelle, et elle a conduit Chartres métropole à engager d'importants travaux de recherche et de création de nouvelles ressources et d'investissement avec notre exploitant CmEau, dans des systèmes intelligents pour réduire les pertes d'eau du réseau. Cette démarché est au coeur du schéma directeur d'alimentation en eau adopté par le conseil communautaire, en 2018.

Malgré des résultats mesurables importants (240 000 m3/an de pertes évitées depuis 2016) sur le front des fuites, grâce à la mise en place de la télérelève, de la sectorisation des réseaux et désormais du comptage des consommations des usages communaux pour la quasi totalité des communes, les procédures pour autoriser l'utilisation de nouvelles ressources vont encore prendre plusieurs années. Nous aurons à faire face chaque été au risque de tension sur les ressources actuelles et l'État sera amené à prendre des mesures de restriction d'usages qui toucheront nos concitoyens.

C'est pourquoi il est important de rappeler combien la ressource en eau potable est rare et fragile et qu'il appartient à chacun d'entre nous, dans nos gestes du quotidien, d'en être économe.

Vous remerciant de votre mobilisation